Qu’est-ce que le PERCO (Plan Epargne Retraite Collectif) ?

Perco signifie plan d’épargne pour la retraite collectif. Par ce biais, l’employeur aide ses salariés à se constituer une retraite. En effet, celle-ci verse des abondements qui viennent contribuer aux sommes versées par les employeurs (lire la suite sur le site https://alter-finances.com/perco.html). Le capital n’est disponible qu’à partie du moment où le salarié prend sa retraite. Il lui sera alors versé sous deux formes possibles : une rente ou un capital. Certaines circonstances particulières permettent de débloquer les fonds de façon anticipée.

Pour qui ?

Tous les salariés dont l’entreprise propose un Perco ont la possibilité d’en profiter. Certaines entreprises exigent cependant qu’ils aient au moins 3 mois d’ancienneté pour pouvoir y souscrire.

Certaines entreprises prévoient une adhésion au Perco par défaut de tous ses salariés. Dans ce cas précis, un délai de 15 jours est prévu afin de laisser au salarié la possibilité d’exprimer son refus d’adhérer à ce plan.

Vous pouvez continuer à verser de l’argent sur votre Perco tant que vous n’avez pas demandé à ce que les fonds soient débloqués, même lorsque vous en êtes en situation de préretraite ou à la retraite. C’est la même chose en cas de démission ou de licenciement sous réserve que votre nouvel employeur de propose pas ce type de plan. Vous aurez alors cependant à régler des frais relatifs à la gestion des versements.

Les versements

Les versements effectués par le salarié ne peuvent pas excéder 25% de sa rémunération annuelle brute. Un minimum de 160 euros par an peut être exigé.

L’employeur verse des abondements qui peuvent aller jusqu’à trois fois ce que verse le salarié mais ne peuvent excéder les 6 483,84 euros. Certaines entreprises procèdent à un versement initial complété par des versements périodiques dont le total ne peut excéder 810,48 euros.

Le déblocage

Le salarié ne peut pas débloquer les sommes se trouvant sur le Perco avant son départ à la retraite. Certaines conditions comme un décès, une invalidité, un surendettement, l’achat de la résidence principale ou sa remise en état après une catastrophe naturelle ou une expiration des droits à l’assurance chômage permettent un déblocage anticipé des fonds.